ALTEREA dans les premiers signataires de la charte d’engagement EnergieSprong

charte, energiesprong, signature, congrès HLM, strasbourg, bâtiment, logement

C’est lors du 78e Congrès de l’Union sociale pour l’habitat qu’Alban Lapierre, PDG d’ALTEREA ainsi que 35 autres acteurs ont signé la charte d’engagement EnergieSprong France. Dans le cadre du programme européen H2020, les partenaires Transition Zéro (GreenFlex, L’Union Sociale de l’Habitat, le CSTB, le pôle Fibre Energivie, Plan Bâtiment Durable) s’affairent à adapter la démarche en France. Ainsi 4 projets pilotes sont en cours de développement. Cet élan a pour but de faire baisser le coût des rénovations énergétiques lourdes et donc de les multiplier. Une aubaine pour le Plan Climat et notamment sa partie concernant l’éradication de la précarité énergétique sur 10 ans.

Ce sont donc 9 bailleurs sociaux, 20 fournisseurs de solutions et 7 facilitateurs qui ont signé la charte ce 26 septembre 2017 :

  • Les bailleurs sociaux (Est Métropole Habitat, ICF Habitat, Néotoa, Notre Logis, OPAC 38, Podelhia 3F, Pluralis Habitat, SACVL, Vilogia) s’engagent à rénover 3 580 logements d’ici 2022 selon le cahier des charges EnergieSprong
  • Les fournisseurs de solutions (ALTEREA, Accorus, Axoe, Baoene, Bouygues Construction, Dalkia, Deltadore, Eiffage, Engie Cofely, Enertech, GESEC, Insitu@, Operene, Pouget, Rabot-Dutilleul Construction, SMC, Sybois, Symoé, Techniwood, Vinci Construction France) s’engagent à travailler à la proposition d’offres qualitatives et compétitives correspondant au cahier des charges EnergieSprong
  • Les facilitateurs (Ademe, Arra, CSTB, EnergieSprong Foundation, Housing Europe, Pôle Fibre Energivie, Promodul) s’engagent à examiner toutes les propositions qui pourront leur être faites pour maximiser les leviers de succès, également à activer les moyens disponibles dans le cadre de leurs rôles et responsabilités aux échelles européennes, nationales et locales afin de faciliter le déploiement de la démarche EnergieSprong

La démarche EnergieSprong

Venue des Pays-Bas, et maintenant déployée dans plusieurs pays (France, Royaume-Uni, Allemagne, Luxembourg, New-York), la démarche consiste à introduire de nouveaux standards de rénovation sur le marché, à la fois performants, viables économiquement et désirables pour les occupants :

  • Une rénovation à un niveau énergie zéro* tous usages et garantie sur 30 ans selon des conditions d’occupations considérées comme confortables
  • Des travaux de rénovation en site occupé et en une semaine maximum, ce qui incite à la préfabrication et à l’optimisation du chantier
  • Un modèle économique qui repose principalement sur le financement du surcoût par la production d’énergie renouvelable et les économies de dépenses énergétiques
  • Un logement rénové attractif pour les occupants : la rénovation EnergieSprong inclut des éléments de confort, d’amélioration du logement et d’esthétisme correspondant à leurs attentes

* des logements qui consomment autant d’énergie qu’ils en produisent sur une année grâce à une haute performance thermique et la production locale d’énergie renouvelable

Une méthode qui veut lever les barrières empêchant la montée en gamme et la massification des rénovations énergétiques : la garantie de performance permet d’assurer la qualité sur le long terme ; la gêne pour les occupants est minimisée avec des temps d’intervention réduits ; le projet est finançable grâce aux économies et à la production d’énergie et, à terme, à la baisse du coût des travaux liée à l’industrialisation ; l’esthétique et le confort des occupants sont au cœur du projet.

Aux Pays-Bas, cette démarche a déjà permis la rénovation de 1300 logements, et un collectif de bailleurs et de groupements d’entreprises s’est engagé à en rénover 100 000 via une charte d’engagement conditionnelle, dont déjà 20 000 faisant l’objet d’un engagement ferme. Les coûts ont pu être abaissés de 50% au bout de 1 000 opérations.

En France, une équipe de développement de marché s’est constituée en 2016. Elle a pour rôle de déployer et adapter la démarche au marché français, en se concentrant dans les logements sociaux, dans un premier temps en logement individuel puis graduellement en logement collectif.