Le nouvel outil de l'ADEME pour atteindre la neutralité carbone

3/01/2022

  • 6 min
    6 min

Afin de répondre à l’urgence climatique actuelle et pousser davantage les ambitions du pays vers la neutralité carbone, l’ADEME, l’agence de la transition écologique, a communiqué ses recommandations au travers de quatre scénarios permettant d’atteindre cette neutralité à horizon 2050. « Transition(s) 2050. Choisir maintenant. Agir pour le climat. » est un levier important pour la transition énergétique, écologique et numérique, adapté aux moyens et aux contraintes de chacun. Focus sur les sujets qui concernent le BTP.

« Les quatre scénarios proposés par l’ADEME aboutissent tous à la neutralité carbone mais avec des voies différentes. Avant tout, ils ont pour objectifs de faire prendre conscience à tout un chacun, quel que soit son niveau de responsabilité et d’implication dans la construction de ce cheminement, de la nature des transformations et des choix à faire », explique Arnaud LEROY, Président-Directeur Général de l’ADEME.

TRANSITIONS 2050. CHOISIR MAINTENANT. AGIR POUR LE CLIMAT.

Comme l’explique l’ADEME, l’exercice de prospective inédit « Transition(s) 2050. Choisir maintenant. Agir pour le climat. » dessine quatre chemins « types » cohérents et contrastés pour conduire la France vers la neutralité carbone tout en intégrant une large palette d’enjeux environnementaux, tels que les différents usages de la biomasse, l’eau et l’irrigation, la qualité de l’air, la gestion des déchets, la quantité de matériaux pour la rénovation et la construction.

Cette étude a été élaborée par une centaine d’experts de l’ADEME, des partenaires extérieurs de milieux professionnels et académiques ainsi qu’un comité scientifique.

L’ADEME s’est appuyée sur la traduction de la neutralité carbone issue de la loi Energie-Climat de 2019 qui prévoit la compensation des émissions annuelles par un flux égale d’absorption des gaz à effet de serre (GES) en 2050. L’agence de la transition écologique s’est également inspirée des quatre scénarios du GIEC dans son rapport spécial 1,5°C de 2018.

Les quatre scénarios couvrent les secteurs du bâtiment, de la mobilité des voyageurs et du transport de marchandises, de l’alimentation, de l’agriculture, des forêts, de l’industrie, des déchets et des services énergétiques.

QUATRE SCÉNARIOS DIFFÉRENTS

  1. Génération frugaleScénario 1

Le premier scénario envisage de grandes transformations dans les façons de se déplacer, de se chauffer, de s’alimenter, d’acheter et d’utiliser des équipements.

Les perspectives pour l’immobilier en 2050 sont :

  • La limitation de la construction, la rénovation rapide et la modification d’ampleur des modes de vie: transformation de logements vacants et résidences secondaires en résidences principales ; réduction drastique du nombre de constructions neuves ; rénovation énergétique ; mutualisation des équipements.
  • La priorité au « made in France »: diminution des produits et services ; économie de la fonctionnalité et la réparation ; consommation de produits locaux. L’ambition est d’atteindre 70% d’acier, d’aluminium, de verre, de papier carton et de plastique issus du recyclage.
  1. Coopérations territorialesScénario 2

Le second scénario vise la coopération pragmatique et la cohésion sociale des organisations non gouvernementales et des institutions publiques notamment dans le but d’allier la croissance économique du pays et la sobriété, l’efficacité et la responsabilité des usages.

Le secteur du bâtiment est concerné par les recommandations suivantes :

  • La rénovation massive et l’évolution graduelle mais profonde des modes de vie : densification par le haut de la ville, partage des bâtiments, de pièces de vie ou d’équipements, accélération forte de la rénovation énergétique. Le but est que 79% des logements existants en 2015 soient rénovés à un niveau BBC Rénovation ou plus.
  • La mobilisation raisonnée des ressources végétales et forestières : augmentation de la récolte de bois en forêt pour des usages matière (bâtiments).
  • L’industrialisation des chaînes de valeur: accompagnement et financement de politiques industrielles bas carbone, développement du recyclage et de la valorisation, réindustrialisation de secteurs ciblés. -47% de réduction des consommations énergétiques et -84% des émissions de GES sont attendus dans le secteur de l’industrie !

Ce second scénario ambitionne également un mix énergétique dominé par la biomasse et l’électricité essentiellement décarbonée grâce à une production d’électricité équivalente à celle d’aujourd’hui, l’usage direct et indirect de l’hydrogène et la baisse de la consommation de gaz.

La dernière particularité de ce scénario est le maintien des puits naturels. Pour ce faire, il est préconisé de stocker le carbone : dans les sols, grâce à des pratiques agricoles favorables et en forêt grâce à la modération des prélèvements de bois.

  1. Technologies vertesScénario 3

Le troisième scénario cible le développement technologique comme une solution pour relever les défis environnementaux.

Le développement des technologies et du numérique, au cœur de ce scénario, vise la rénovation massive et la déconstruction-reconstruction s’opérant grâce au développement de l’offre de matériaux et de systèmes constructifs moins carbonés.

  1. Pari réparateur

Le quatrième scénario conserve les modes de vie du début du XXIème siècle et place sa confiance dans la capacité à gérer voire à réparer les systèmes sociaux et écologiques avec plus de ressources matérielles et financières. Comme le précise l’ADEME, « cet appui exclusif sur les technologies est un pari dans la mesure où certaines d’entre elles ne sont pas matures ».

Scénario 4

Le parc immobilier français est concerné par :

  • L’efficacité énergétique et l’innovation technique: développement des grandes villes et de l’artificialisation des sols en lien avec la recherche du confort et de la sécurité ; amélioration du rendement des équipements et apparition de nouvelles technologies très efficaces.
  • La décarbonation de l’industrie grâce au captage et au stockage géologique de CO2: importations ; exploitation des ressources naturelles et recyclage via des technologies de pointe.

« L’ADEME propose dans cet exercice plusieurs archétypes de scénarios, qui présentent de manière volontairement contrastée des options économiques, techniques et de société pour atteindre la neutralité carbone, sans épuiser pour autant la diversité des futurs possible qui pourront être décidés » conclut l’organisme. « Transition(s) 2050. Choisir maintenant. Agir pour le climat. » n’est que la première partie de l’engagement entrepris par l’ADEME. Une série de feuilletons sera publiée entre janvier et mars 2022 dans le cadre du Grand Défi Écologique, organisé par l’ADEME les 29 et 30 mars 2022 à Angers (49).

 

Crédit photo ©ADEME