Axe 2 - Massifier les actions à gain rapide et à faible investissement

2/01/2023

Après la publication de l’article « Axe 1 - Engager un plan de sobriété et de management énergétique » qui s’intéresse à la maîtrise des données, à l’organisation autour de la question énergétique et à la sobriété, ALTYN vous présente l’axe 2 qui aborde les leviers à gain rapide n’imposant pas de lourds investissements. Néanmoins, ces actions peuvent s’avérer complexes à mettre en place. D’aspect diffus, elles peuvent requestionner les pratiques professionnelles ou les modes de contractualisation en place actuellement (ou traditionnelles).

OPTIMISER LES CONTRATS D’EXPLOITATION DE VOS BÂTIMENTS

L’exploitation et la maintenance des équipements consommateurs d’énergie (Climatisation, Ventilation, Chauffage (CVC), éclairage, ascenseurs, etc.) impactent directement la consommation d’un bâtiment. Pour un même service rendu, il est courant de constater des écarts de performance pouvant doubler les consommations. Ce phénomène peut s’expliquer par une non-détection de panne, un mauvais entretien ou encore par des problématiques de mise au point ou de régulation.

L’exploitant joue donc un rôle crucial dans la performance énergétique globale des bâtiments. Le contrat qui le lie au propriétaire, au gestionnaire ou à l’utilisateur du bâtiment devient donc un élément clé de la chaîne de valeur performancielle.

Maîtriser l’équilibre et la viabilité du contrat et de ses clauses, particulièrement celles visant la clause d’intéressement liée aux objectifs de consommation, est essentiel pour atteindre les résultats attendus. Cela constitue le socle d’une relation de confiance entre un maître d’ouvrage et son exploitant.

Dans certaines situations, notamment lorsque de nombreux travaux sont entrepris sur les équipements techniques, il peut être intéressant d’envisager le recourt au Marché Global de Performance Énergétique (MGP). Il doit être choisi sous la forme de « Contrat de Performance Énergétique (CPE) fournitures & Service » plutôt que de contrat d’exploitation classique (Marché Prestation et Forfait (PF)/Marché à Forfait (MF)/Marché à Température extérieure (MT)...), même avec un P3 qui correspond à la clause de Gros Entretien et Renouvellement des matériels (GER) ou " garantie totale " avec le remplacement de tout matériel déficient identifié dans la liste contractuelle. Il permet d’être plus flexible sur les travaux à engager et de mieux sécuriser les engagements liés à la performance.

RÉTRO-COMMISSIONNER VOS ÉQUIPEMENTS TECHNIQUES ET VOTRE GESTION TECHNIQUE DE BÂTIMENT (GTB)

La démarche de rétro-commissionnement vise à obtenir les meilleures performances d’un équipement ou d’un système. Il s’agit de déployer une démarche qualité basée sur la mesure et l’observation afin de déployer un plan d’actions qui sera piloté par un agent de commissionnement.

Ce plan de commissionnement vise à :

  • Améliorer le fonctionnement des tous les systèmes liés au Chauffage, à la Ventilation, à la Climatisation (CVC)
  • Vérifier et optimiser le fonctionnement du système de GTB) le cas échéant.
  • Prolonger la durée de vie des équipements.
  • Optimiser le coût global de possession.

METTRE EN ŒUVRE UN PILOTAGE TECHNIQUE PERFORMANT

Comment piloter et prendre les bonnes décisions sans avoir de vision d’ensemble et d’accès aux informations en temps réel ? Ceci est tout simplement impossible.

À l’échelle d’un bâtiment, la GTB constitue la solution. Elle permet de régler les paramètres des équipements qui influencent la performance énergétique.

Les installations de GTB sont régies par le Décret BACS qui impose aux propriétaires de bâtiments tertiaires, disposant de systèmes techniques dont les équipements ont une puissance nominale supérieure à 290 kW, d’installer un système de pilotage énergétique. Les bâtiments neufs sont concernés par cette obligation depuis le 21 juillet 2021 et les bâtiments existants, quant à eux, devront se mettre en conformité pour le 1er janvier 2025.

Une bonne nouvelle : les travaux d’installation ou d’amélioration de GTB sont éligibles au dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) dont les montants ont été revus à la hausse jusqu’au 31 décembre 2023. CYRISEA, filiale du groupe ALTYN, vous dit tout dans cet article.

En tant que propriétaire et pilote à l’échelle d’un patrimoine immobilier plus vaste, l’acquisition d’un système dhypervision, regroupant l’ensemble des données issues des GTB, permet de suivre des indicateurs consolidés et d’identifier des dérives à l’échelle du parc.

DÉCALER LES PICS DE CONSOMMATION : LA FLEXIBILITÉ ÉNERGÉTIQUE

Le premier levier pour décarboner et limiter les consommations énergétiques de son parc est de consommer moins. Il est aussi possible de consommer mieux (au meilleur moment) lorsque la production énergétique française/européenne est la moins carbonée de manière régulière et programmée en décalant des usages sur les périodes « creuses ». Ceci est l’objet du plan de sobriété lancé par le gouvernement.

Enfin, il est possible de prévoir des mesures de sauvegarde afin de soulager la tension sur les réseaux à des moments précis. C’est dans cet objectif que le gestionnaire du réseau électrique français RTE a lancé le dispositif Ecowatt en 2022. Décrit comme la météo de l’électricité, Ecowatt qualifie en temps réel le niveau de consommation de la population française.

Toutefois, pour que cela soit réalisable, il faut que l’architecture technique et énergétique du bâtiment permette de réaliser de tels arrêts ou déplacements de consommation.

Il est alors nécessaire de prévoir un plan de flexibilité énergétique et parfois de prévoir de petits travaux d’adaptation des systèmes électriques.

L’ensemble des actions évoquées dans cet article peuvent être misent en œuvre pour vous par un Energy Manager du groupe ALTYN qui interviendra comme animateur global de votre démarche de sobriété et de performance énergétique.

ALTYN vous présente chacun des axes dans les articles suivants :

  • Axe 3 - Réhabiliter en intégrant une garantie de résultats : programmer et mener des opérations par l’analyse de l’ensemble du cycle de vie des projets, intégrer des objectifs de résultats énergétiques et environnementaux, mettre en œuvre des CPE globaux, suivre et optimiser les résultats en exploitation.
  • Axe 4 – Décarboner le mix énergétique et autoproduire de l’énergie : substituer les énergies fossiles par des énergies bas carbone, étudier le raccordement à des réseaux de chaleur urbains bas carbone, exploiter le foncier et les bâtiments pour produire de l’énergie.

Pour en savoir plus ou être accompagné : https://lnkd.in/dBiE--Qn