Comment faire un audit énergétique ?

12/05/2021

  • 3 min
    3 min

L’audit énergétique permet d'atteindre des objectifs réglementaires tel que ceux du Décret Tertiaire. En effet, il est recommandé de faire un audit énergétique pour déterminer les actions prioritaires afin d'obtenir un bon retour sur investissement.

L’audit énergétique se définit de la façon suivante. Il consiste en une analyse complète et détaillée des performances énergétiques d’un bâtiment. Il porte sur la structure du bâti, l’état général de l’isolation thermique, la consommation d’énergie et les équipements. Un audit est destiné à connaître les points de déperdition d'énergie et à proposer des solutions pour améliorer son efficacité énergétique. Véritable outil d'aide à la décision, il permet de trouver les travaux à réaliser en priorité pour réduire son impact environnemental et économiser sur sa facture d'énergie. L’objectif est aussi l’amélioration du confort au quotidien des occupants du ou des bâtiments.


Téléchargez notre livre blanc Décret Tertiaire

L’audit énergétique se déroule en plusieurs étapes

  1. La prise de contact avec un maître d’ouvrage

La première consiste en une prise de contact avec un maître d’ouvrage afin d’établir les attentes et objectifs à atteindre. Le maître d’ouvrage va donc recueillir un ensemble d’informations nécessaires dans le but de formuler des améliorations.

  1. La visite du/des sites

Le bureau d’étude auquel vous aurez fait appel pourra également programmer une visite sur site afin de faciliter l’analyse du ou des bâtiments. Ainsi, une étude des relevés techniques sera effectuée ainsi qu'une inspection des bâtiments pour en contrôler la vétusté et une étude de l’utilisation de ceux-ci (comportements et usages des occupants). L'étude des données fournie concernera les bâtiments et équipements, les consommations, le type et le confort d'usage, les factures énergétiques des dernières années.

  1. L’analyse des données récoltées

Un expert sera ensuite chargé d’analyser les données récoltées. Grâce à un logiciel spécialisé, une modélisation thermique des bâtiments vous sera proposée. Les principales sources de consommation d’énergie seront décelées et chaque poste de déperditions énergétiques sera identifié.

  1. Les préconisations

L’expert pourra alors lister les préconisations de travaux. Une évaluation du montant de l’investissement et du temps de « retour sur investissement » seront également fournies. Chaque préconisation de travaux se verra affecter à un gain énergétique.

  1. La remise du rapport

Un rapport complet comportant l’étude thermique sera remis au maître d’ouvrage. Celui-ci comporte l’état des lieux de l’existant, les préconisations de travaux ainsi qu’un point sur les énergies renouvelables et les gestes simples à adopter au quotidien.

Quel est le coût d'un audit énergétique ?

 A noter qu’il faut compter entre 1 et 2 mois pour réaliser un audit énergétique et le prix de base s’élève à 2 500€. Mais le coût peut être très variable, il dépend de la nature et de la dimension du bâtiment, du degré de détail de l'analyse et aussi du prestataire auquel vous faites appel.  

Quelle est l'objectif d'un audit énergétique ?

  • Réduire les dépenses énergétiques
  • Définir un ou des programmes de travaux cohérents et chiffrés
  • Réaliser une analyse en coût global
  • Anticiper sur des dépenses futures en énergie
  • Bénéficier de plus de confort dans les bâtiments
  • Évaluer les soutiens financiers mobilisables pour réaliser les travaux

Focus sur l’audit énergétique réglementaire !

Il concerne les entités dont l'effectif est de plus de 250 personnes et qui ont un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’euros ou un bilan supérieur à 43 millions d’euros. L'audit énergétique réglementaire est obligatoire pour les propriétaires de bâtiments en copropriété, notamment celles alimentées par un système de chauffage collectif et proposant plus de 50 lots.  Les entités exemptées sont celles disposant de la certification ISO 50 001 Management de l’énergie. Cet audit doit être renouvelé tous les 4 ans. En cas de non-respect du renouvellement de l’audit énergétique règlementaire, la sanction s’élève à 2% du CA et 4% en cas de récidive.