Tout savoir sur le rétro-commissionnement : retour d’expérience avec ALTEREA !

2/11/2021

  • 4 min
    4 min

L’objectif d’une mission de rétro-commissionnement est d’amener un bâtiment existant et ses systèmes à son optimum en termes de performance énergétique par rapport à l’usage réel qu’il en est fait. En plus d’investiguer finement les paramètres des régulateurs, une instrumentation provisoire non intrusive est souvent nécessaire pour comprendre le fonctionnement des installations. Des préconisations avec de faibles investissements sont listées dans la majorité des cas sauf lorsque l’on constate des incohérences issues de la conception des systèmes du bâtiment qui nécessite des modifications importantes. Grâce à un retour d’expérience sur une mission de rétro-commissionnement menée avec un de nos maîtres d’ouvrage parisiens, découvrez l’ensemble des spécificités de cette typologie de prestation énergétique.

Contexte du projet

Notre mission de retro-commissionnement porte sur un bâtiment de 80 logements répartis sur 6 niveaux et construit en 2016. Le rez-de-chaussée accueille une crèche de 25 places. La production de chaleur et d’eau chaude sanitaire est assurée par deux chaudières gaz.

La visite du site

Après lecture du synoptique, les installations concernées sont deux chaudières trois piquages alimentant 3 départs régulés :

1) Chauffage logements (radiateur) raccordé sur le retour froid des chaudières ;

2) Chauffage crèche (plancher chauffant) raccordé sur le retour froid des chaudières ;

3) Chauffage crèche (batterie chaude de CTA) raccordé sur le retour froid des chaudières ;

Et un départ constant pour l’eau chaude sanitaire raccordé sur le retour chaud des chaudières.

Dans le cadre de ce rétro-commissionnement, nous nous intéressons au paramétrage de ces équipements en analysant notamment la programmation des différentes lois d’eau. La loi d’eau correspond à la courbe de chauffe de chaque départ, c’est-à-dire qu’elle représente la température de départ du réseau en fonction de la température extérieure. Les consignes sont renseignées dans un régulateur en chaufferie. Selon les données des sondes de température et la consigne à atteindre, le régulateur envoie un signal à l’actionneur : le servomoteur de la V3V va alors s’ouvrir ou se fermer.

Instrumentation et mesure

L’objectif d’une chaudière trois piquages est d’optimiser la condensation en séparant les retours les plus chauds des retours les plus froids issus des réseaux régulés en température.

La température du point de rosée du gaz naturel se situe aux alentours de 55°C. La température de retour froid doit donc être en dessous de 55°C afin de pouvoir condenser et de bénéficier d’un rendement optimum.

Nous avons ainsi réalisé une campagne de mesure de température pendant 10 jours lors de la période de chauffe en installant des sondes de températures qui permettent d’enregistrer :

  • la température retour de chaque retour secondaire régulé ;
  • la température retour froid de chaque chaudière.

Suite à cette campagne de mesure, nous analysons les enregistrements de température :

diapo 1 - 2

Le réseau batterie chaude CTA n’a pas été instrumenté.

diapo 2

Le constat suite aux mesures

Nous constatons que les températures de retour des circuits secondaires de chauffage sont comprises entre 25°C et 35°C alors que le retour commun au niveau des chaudières se situe entre 50°C et 60°C. Ces températures ne permettent donc pas une condensation optimale, ce qui est anormal.

Investigation et analyse

Après investigation, nous avons constaté que la vannes 3 voies motorisée alimentant la batterie de la CTA avait été mise en position ouverte et bloquée manuellement. La conséquence immédiate est l’augmentation du débit sur le retour général, soit une augmentation de la température générale des retours.

Lors de la visite, l’exploitant nous avait remonté l’information suivante : «usuellement les départs CTA sont à température constante». Il a donc forcé la V3V afin que cette dernière reste en position ouverte.

Après avoir analysé les documents de conception du bureau d’études CVC, nous nous sommes rendus compte que la CTA avait été dimensionnée avec une loi d’eau et qu’ il n’est ainsi pas nécessaire de garder cette vanne en position ouverte.

Lors du renouvellement de chaufferie, il est essentiel d’intégrer l’exploitant actuel ou futur afin que ce dernier soit présent lors des essais et pendant la passation avec les équipes travaux. Le DUEM (Dossier d’Utilisation d’Exploitation et de Maintenance) fait partie des pièces techniques du DOE (Dossier des Ouvrages Exécutés). Il comprend notamment :

  • les réglages à opérer ;
  • les rapports de mise en service ;
  • les méthodes de maintenance.

Pour conclure, la mission de retro commissionnement permet d’apporter un regard neuf sur les installations techniques. Pour le maitre d’ouvrage, elle a permis de mettre en avant qu’une simple manipulation d’un organe permet d’améliorer le rendement des chaudières trois piquages de trois points de rendement et donc de générer des économies financières. Cette mission doit être réalisée en accompagnant l’exploitant sur site.