Intracting : financer la rénovation énergétique des bâtiments publics

7/02/2019

  • 1 min
    1 min

La Banque des Territoires et la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) ont lancé un programme d’actions pour la période 2018-2020 ayant pour objectif d’accompagner le montage des projets de rénovation énergétique des bâtiments publics.

 

Ce partenariat s’inscrit dans le cadre du Grand Plan d’Investissement et du Plan de rénovation énergétique des bâtiments.

Un partenariat équilibré 

 

Lancée en mai 2018, la Banque des Territoires mobilise 2,5 milliards d’euros de financements pour soutenir la rénovation énergétique du patrimoine des collectivités locales. Dans le cadre du partenariat, l’entité accompagne les collectivités dans l’élaboration des études nécessaires à la définition de leur plan d’actions et pour le financement des travaux en faveur de territoires plus attractifs et durables.

De son côté, la FNCCR regroupe plus de 800 collectivités et compte une centaine d’adhérents « territoire d’énergie ». Avec ce partenariat, la fédération encourage la massification des travaux de rénovation énergétique sur les bâtiments des collectivités territoriales. Elle s’engage à mener des actions concrètes (colloques, groupes d’échanges, webinaires…) auprès de ses adhérents, des syndicats d’énergie et des métropoles afin de sensibiliser les élus sur l’Intracting.

Qu'est-ce que l'Intracting ?

 

Il s’agit d’un dispositif financier qui consiste à réaliser des travaux de performance énergétique générant des économies d’énergie avec un temps de retour inférieur à 10 ans. L’Intracting est donc un système de crédits revolving qui permet aux économies d’énergie générées par le changement des équipements (chauffage, production d’eau chaude, ventilation, éclairage…) de rembourser l’investissement initial au bout de 10 ans. Avec ce bouquet de travaux, les économies d’énergie attendues sont de l’ordre de 15 à 20%.

Rappelons que le secteur du bâtiment représente à lui seul près de 45% de la consommation énergétique finale. Le parc des bâtiments publiques des collectivités, lui, représente 280 millions de m² dont 150 millions de m² pour les bâtiments d’enseignement. Il faut également savoir que ces derniers représentent 30% de la consommation des bâtiments communaux. C’est pourquoi il est important d’encourager et d’accompagner les collectivités dans l’amélioration de la performance énergétique de leur patrimoine immobilier.