Réforme des APL : ce qui change au 1er janvier 2021

16/09/2020

  • 2 min
    2 min

Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au logement, l’a annoncé lundi 31 août au quotidien Le Parisien : la réforme des APL (Aides Personnalisées au Logement) prendra effet au 1er janvier 2021.

Initialement prévue pour 2019, cette réforme a connu plusieurs reports, le dernier en date étant causé par la crise sanitaire du Covid-19. Mais cette fois, il semblerait que ce soit la bonne : au 1er janvier 2021, la nouvelle formule de calcul des APL sera mise en application.

Une nouvelle formule de calcul « en temps réel »

Aujourd’hui encore, la formule de calcul des aides personnalisées au logement s’effectue sur les revenus perçus deux ans en amont de la demande. Pour vous donner un exemple concret, si vous faisiez aujourd’hui une demande d’APL, la CAF (Caisse des Allocations Familiales) regarderait vos revenus de 2018 afin de fixer le montant de l’allocation que vous pourriez toucher. Avec la réforme, la formule change et s’adapte à vos revenus perçus sur l’année passée. Pour une demande en janvier 2021, les aides seront calculées sur la base des douze derniers mois, soit de décembre 2019 à novembre 2020. Cette nouvelle formule de calcul permet l’ajustement des aides en ‘temps réel’ : si les revenus augmentent, les aides diminuent, mais si les revenus baissent, les allocations sont réhaussées.

Des économies pour l’Etat, un forfait pour les étudiants

Cette réforme avait pour objectif initial de permettre à l’Etat de réaliser des économies, à hauteur d’un milliard d’euros. Un objectif revu à la baisse suite à la crise liée au Covid-19 et désormais fixé à 700 millions d’euros, selon Les Echos. Ce remaniement de la méthode de calcul permet un ajustement « en temps réel » des APL, comme l’explique Emmanuelle Wargon : « Un célibataire qui gagnait 1.000 euros mensuels en 2019, puis 1.100 euros en 2020, verra ses APL baisser progressivement et sur un an de 77 à 44 euros mensuels. A l'inverse, un salarié qui connaît une période de chômage partiel d'avril à août 2020 verra ses APL augmenter d'environ 30 euros par mois ».

Concernant les étudiants, déjà impactés par une baisse de 5€ du montant perçu des APL depuis 2018, la ministre se veut rassurante : « nous allons passer à un forfait pour les étudiants », a-t-elle indiqué. « Ce sera avantageux pour ceux qui travaillent à mi-temps, par exemple ».

Promise depuis le début du quinquennat Macron, cette réforme des APL a été un long et fastidieux chantier. Reste à savoir si elle aura su trouver la bonne formule pour fonctionner au sortir d’une crise sanitaire sans précédent.