La signature d'une convention nationale renforce le projet de renouvellement des quartiers prioritaires

21/02/2022

  • 3 min
    3 min

En quoi la nouvelle convention nationale signée entre l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) et la Banque des Territoires concrétise le projet national de transformation profonde des quartiers prioritaires ? Quels sont les enjeux économiques et sociaux de cette convention ? ALTEREA vous dit tout.

LA MISSION DE L'ANRU POUR TRANSFORMER LE TERRITOIRE 

L’ANRU pilote des opérations de renouvellement urbain dans les secteurs du tertiaire public ou de l’habitat social. Sa vocation est de transformer les conditions de vie de cinq millions d’habitants de quartiers français, concentrant le plus de difficultés sociales. Depuis sa création en 2004, l’ANRU a permis la transformation de plus de 700 quartiers en métropole et en Outre-mer. L’agence accompagne les collectivités et les bailleurs sociaux dans des projets de rénovation de quartiers prioritaires à travers des actions concrètes, telles que : la démolition de bâtiments inadaptés, la construction ou la réhabilitation de logements, de commerces ou d’établissements publics ou encore l’aide à l’accession à la propriété.

Le renouvellement urbain et le développement économique de Quartiers Prioritaires de la politique de la Ville (QPV) est financé, via l’ANRU, par Action Logement, les bailleurs sociaux, l’Etat et la Caisse des Dépôts.  

Dans le cadre du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU), lancé en 2014, 12 milliards d’euros de subventions seront alloués à la transformation de 450 quartiers prioritaires.

L’objectif sur la période 2014-2030 est de mettre des moyens à disposition des quartiers pour :

  • proposer des logements de qualité et diversifiés ;
  • accompagner de nouvelles activités économiques ;
  • mettre en valeur des espaces publics et privés ;
  • faciliter les accès vers le reste de l’agglomération ;
  • financer de nouveaux équipements publics.

En juillet 2021, une convention d’objectifs pour les quartiers prioritaires avait été signée pour la période 2021-2023 entre la Caisse des Dépôts et l’Etat, engageant celle-ci à mobiliser, via la Banque des Territoires, 225 millions de fonds propres.

225 MILLIONS D'EUROS POUR CRONCRÉTISER LES PROJETS DE TRANSFORMATION EN TERRITOIRE 

Le 27 janvier 2022, l’ANRU et la Banque des Territoires ont signé une convention avec pour objectif d’amplifier le développement économique des territoires et de favoriser la mixité sociale.

Selon Anne-Claire Mialot, Directrice Générale de l’ANRU : « Ce partenariat entre l’ANRU et la Banque des Territoires est essentiel pour réussir la transformation profonde des 450 quartiers concernés par le NPNRU ».

Cette signature témoigne de l’engagement de la Banque des Territoires dans la politique de la ville et l’aménagement du territoire. L’enveloppe de 225 millions de fonds propres apportera un soutien technique et financier aux actions de l’ANRU en contribuant à la mise en œuvre de projets visant le renouvellement urbain, le soutien à des actions de développement économique et d’agriculture urbaine.
Le programme Quartiers Productifs, lancé par Nadia HAI, Ministre déléguée chargée de la ville, est plus particulièrement concerné par ce soutien financier puisqu’il favorisera l’implantation d’activités économiques en zones prioritaires. Pour la Ministre déléguée « le développement économique est un levier incontournable pour l’attractivité de nos territoires, les emplois, la qualité de vie ».

Olivier Sichel, Directeur de la Banque des Territoire et Directeur Général de la Caisse des Dépôts revient sur les enjeux importants de cette politique publique et affirme que « la Banque des Territoires veillera à ce que ces territoires bénéficient de l’ensemble des moyens qu’elle met à leur disposition pour lutter contre les fractures sociales et territoriales ».

La signature de la convention nationale relative au renouvellement urbain des quartiers prioritaires, signée en ce début d’année, témoigne de l’implication des pouvoirs publics dans des actions visant à améliorer les conditions de vie de millions de français. L’enveloppe de 225 millions d’euros de fonds propres permettra de concrétiser des actions menées sur tout le territoire national.