Les cœurs de ville au centre de la relance

28/09/2020

  • 3 min
    3 min

Le gouvernement souhaite faire de la revitalisation des centres urbains des villes moyennes un accélérateur de la mise en œuvre de son plan de relance. Il compte notamment s’appuyer sur le programme Action Cœur de Ville.

 

Lancé en mars 2018, Action Cœur de Ville est un programme de revitalisation des villes moyennes. Aujourd’hui 234 villes font partie du programme et ont toutes signées leur convention-cadre. Le gouvernement a annoncé que 1 200 actions étaient prêtes à démarrer. Pour rappel, le programme met en avant des projets novateurs pour revitaliser les centres des villes moyennes et ainsi faire revenir les habitants, commerces, activités… En tout, ce sont entre 20 000 et 100 000 habitants qui sont concernés par ce dispositif. Action Cœur de Ville dispose d’une enveloppe de cinq milliards d’euros sur cinq ans (2018-2022).

 

Motiver les acteurs du logement 

 

Pour redynamiser les centres-villes, il est essentiel que les acteurs du logement investissent. Ainsi, un baromètre a été lancé par Action Cœur de Ville et le Conseil supérieur du notariat (CSN) afin de mesurer l’évolution du marché immobilier dans les villes faisant partit du programme. L’étude a été menée à travers des donnés de 2019, avant la crise sanitaire, elle se réfère à 3 indicateurs :

  • Les transactions annuelles

On observe à travers le baromètre que le nombre de transactions immobilières dans les villes du programme a augmenté en passant de 114 655 à 126 545 ventes en un an. Cependant, cette augmentation est visible dans 148 cœurs de ville et on constate une diminution des ventes dans 52 centres-villes du programme (sur les 222 cœurs de ville étudiés).

 

  • Le prix de vente

L’étude révèle également que les biens vendus dans les villes moyennes ont des prix plus attractifs et sont de meilleure qualité que dans les métropoles. En effet, dans les centres des villes moyennes, les prix de l’immobilier augmentent moins rapidement que sur le marché national. On constate que le prix des appartements anciens n’a augmenté que de 1,92% contre 5,2% au niveau national. Le prix médian des maisons a augmenté de 2,35% contre 2,6% en moyenne au niveau national.

 

  • L’évolution du Diagnostic de Performance Energétique (DPE)

Le baromètre met en avant le fait que la performance énergétique des biens vendus n’est pas au rendez-vous. En effet, 38% des biens vendus en 2019 étaient étiquetés E-F ou G contre 19% étiquetés A-B ou C. 42% des biens vendus étaient étiquetés D. La rénovation énergétique des bâtiments dans l’ancien doit être une priorité selon l’étude et le gouvernement.

 

RÉCOLTER LES DONNÉES ÉNERGÉTIQUES

 

Pour mieux prendre en compte la transition énergétique dans la revitalisation des centres-villes, Enedis a signé un partenariat avec le programme Action Cœur de Ville le 2 septembre 2020. L’objectif étant de récolter des données afin d’aider les collectivités à économiser de l’énergie ou à produire plus d’énergies renouvelables. Repérer les zones énergivores, optimiser l’implantation d’énergies renouvelables, sensibiliser les habitants aux économies d’énergies seront les missions des experts de la transition énergétique pour accompagner la revitalisation des centres des villes moyennes.

Pour redynamiser les centres des villes du programme, l’enjeu est de rendre attractifs ces territoires, car la proximité entre le lieu de travail et d’habitation est un critère essentiel pour les riverains. Il faudra en plus être vigilant à ne pas laisser la performance énergétique de côté, qui constitue un élément essentiel du plan de relance.