Programme Action Cœur de Ville : où en est-on ?

10/05/2021

  • 3 min
    3 min

Lancé en 2018, Action Cœur de Ville (ACV) est un programme à destination des villes dites « moyennes », c’est-à-dire qui comptabilisent entre 20 000 et 100 000 habitants. Une enveloppe budgétaire de 5 milliards d’euros sur 5 ans a été mobilisée pour redynamiser les 222 villes du programme. À mi-parcours, il est temps pour le gouvernement de dresser un premier bilan sur Action Cœur de Ville.


Qu’en est-il des 5 milliards d’euros ?


Aujourd’hui 2,10 milliards d’euros des 5 milliards budgétés ont déjà permis de réaliser 6 000 projets dont 3 000 actions concrètes, parmi lesquelles la numérisation des commerces, la rénovation de halles, le déploiement de circuits courts et l’ouverture de cinémas de qualité dans les cœurs de villes. Pour rappel, l’enveloppe budgétaire initiale mobilisée provient de la Banque des territoires (1 milliard d’euros), d’Action Logement (1,5 milliard d’euros), de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) (1,2 milliard d’euros) et des prêts (700 millions d’euros).


Des aides pour redynamiser les centres-villes


Dans le cadre du Plan de Relance, plusieurs aides sont mises à la disposition des collectivités. Ainsi, 157 projets du programme Action Cœur de Ville pourraient être éligibles au Fonds Friches, doté d’une enveloppe de 300 millions d’euros, dont 40 millions destinés à la dépollution des sites industriels et miniers et 259 millions pour le recyclage foncier. Les 222 villes du programme peuvent également bénéficier du Fonds de restructuration des locaux d’activité qui dispose de 60 millions d’euros pour financer une partie des opérations de requalification commerciales les plus complexes en centre-ville.


Pour compléter cette dynamique, la Banque des territoires mobilise 100 millions d’euros (en plus des 1 milliard d’euros initialement mobilisés) pour son projet « 6 000 commerces ». Celui-ci a pour objectif de constituer des foncières dédiées à la restructuration de locaux d’activités vacants ou en déprise.


Le programme Action Cœur de Ville a également pour ambition de lutter contre l’artificialisation des sols. La redynamisation des centres-villes permettra de relever ce défi en freinant l’étalement urbain et ainsi conserver les terres agricoles.


Le logement, un pilier d’attractivité


Le bilan à mi-parcours du programme fait également état de 50 000 logements construits ou rénovés. Dans le cadre de sa participation à ACV, l’Anah expérimente des dispositifs pour réhabiliter les habitations vacantes et dégradées dans les centres-villes anciens :

  • La vente d’immeuble à rénover (VIR)
  • Le dispositif d’intervention immobilière et foncière (DIIF)


Ces orientations devraient relancer le marché immobilier dans le secteur de l’ancien et redonner confiance à des investisseurs privés. Les acquéreurs aux revenus modestes devraient pouvoir en bénéficier et les bailleurs qui investiraient pourraient alors appliquer des loyers abordables.


Le plan 1000 écoles cœur de ville


La Banque des territoires accompagne les 222 villes du programme dans la rénovation de leurs écoles. Ainsi, d’ici deux ans, 1000 écoles devront initier leur rénovation pour baisser leurs consommations énergétiques, améliorer la qualité de l’air intérieur et leur confort thermique en été comme en hiver. Pour en savoir plus sur ce plan 1000 écoles, consultez notre article « La rénovation énergétique de 1000 écoles engagée par la Banque des territoires ».

Le programme Action Cœur de Ville a lui aussi était impacté par la crise sanitaire. A la recherche d’un cadre de vie plus agréable, une partie de la population a décidé de venir s’installer dans les petites et moyennes villes. Cette attractivité retrouvée pour les villes moyennes devrait donner un coup de boost aux projets attendus dans le cadre du programme Action Cœur de Ville.


Pour 2021, l’objectif est double : d’une part, amplifier les actions grâce au Plan de Relance en soutenant les commerces de proximité et en résorbant les friches urbaines ; d’autre part, accélérer la mise en œuvre des projets en utilisant pleinement tous les dispositifs de soutien mis à disposition.