La démarche EnergieSprong répond-elle aux exigences du Décret Tertiaire ?

19/08/2021

  • 5 min
    5 min

Le Décret Tertiaire fixe des obligations de réduction de la consommation énergétique dans le cadre de rénovations énergétiques du parc tertiaire pour les trente prochaines années. La démarche EnergieSprong est une solution efficace pour respecter les échéances ambitieuses du décret.

Pour rappel, le secteur des bâtiments résidentiels et tertiaires est le secteur le plus consommateur d’énergie et le deuxième émetteur de gaz à effet de serre, avec 19% des émissions nationales en 2015. (Source : Stratégie Nationale Bas Carbone)

RETOUR SUR LE DÉCRET TERTIAIRE

Le Décret Tertiaire fixe des objectifs de réduction de la consommation énergétique pour les bâtiments tertiaires : -40% en 2030, -50% en 2040 et de -60% en 2050.

Les cinq leviers d’actions pour le Décret Tertiaire sont :

  • D’améliorer la performance énergétique du bâtiment en réalisant des travaux sur l’enveloppe du bâti (isolation, menuiserie, protection solaire…) ;
  • D’installer des équipements performants (chauffage, eau chaude, éclairage, refroidissement, procédés…) et des outils de contrôle et de gestion active ;
  • De produire localement l’énergie qui sera auto-consommée (photovoltaïque, cogénération, …) ;
  • D’optimiser l’exploitation des équipements ;
  • D’adapter les locaux à un usage économe en énergie et d’accompagner les occupants à adopter un comportement écoresponsable.

ENERGIESPRONG AU SERVICE DU DÉCRET TERTIAIRE

La démarche néerlandaise EnergieSprong, déployée en France depuis 2016, consiste à massifier la rénovation énergétique des bâtiments en permettant l’optimisation du modèle économique, et la maîtrise de la qualité et des délais.

Un accélérateur pour atteindre les objectifs nationaux

Avec le Décret Tertiaire, et les dispositif MassiRéno et France Relance, le gouvernement incite à une forte accélération du rythme et de la qualité des rénovations des logements et des bâtiments tertiaires pour améliorer la performance énergétique des bâtiments d’ici 2050. La priorité est donnée aux rénovations performantes, à l’efficacité des équipements et à la sobriété des usages.

La démarche EnergieSprong prévoit une rénovation à énergie zéro pendant trente ans. Ce critère permet l’autonomie énergétique du bâtiment – autrement dit, il produit autant d’énergie qu’il en consomme. Cet équilibre est possible grâce aux travaux d’isolation sur l’enveloppe du bâti, à l’installation de systèmes performants et durables (panneaux photovoltaïques, triple vitrage, ventilation double flux…), et à la production locale d’énergies renouvelables. C’est donc une démarche pleinement compatible avec le Décret Tertiaire.

Le petit plus de la démarche : la rapidité d’exécution des travaux en site occupé. Des rénovations massives et rapides qui permettront d’accélérer l’atteinte des objectifs fixés par le Décret Tertiaire.

Téléchargez notre livre blanc Décret Tertiaire

Garantir la performance énergétique et la valeur verte des bâtiments

Le Décret Tertiaire donne des cibles de performances à atteindre et précise les conditions de déclaration et de suivi sur la plateforme OPERAT. Il s’agit donc d’un engagement de performance réel, là encore pleinement compatible avec la démarche EnergieSprong, qui impose une garantie de performance réelle avec un engagement dans la durée.

En complément, tout comme pour le Décret Tertiaire, les opérations EnergieSprong participent à la valeur verte du bien immobilier. Elle se concrétise par une meilleure performance énergétique et environnementale, un bilan carbone léger voire neutre ou encore une étiquette DPE favorable (qui passe de D ou E à A ou A+).

La démarche EnergieSprong défend le principe d’industrialisation en prévoyant la conception d’éléments industriels duplicables et réutilisables pour un volume important d’opérations. Ce dispositif permet un gain notable de qualité en diminuant les aléas et les marges de risques.

Un dernier point entre la démarche néerlandaise et le Décret Tertiaire – tous deux demandent de déclarer les performances énergétiques réelles. En effet, l’engagement de performance E=0 de la démarche EnergieSprong est basé sur les consommations réelles suivies chaque année. Le Décret Tertiaire, quant à lui, vise une réduction des consommations réelles aux échéances 2030, 2040 et 2050 par rapport à une année de référence.

La rénovation des bâtiments tertiaires est une réelle préoccupation du gouvernement et fait ainsi l’objet de nombreuses mesures telles que l’élaboration du Plan Bâtiment Durable, du Plan de rénovation énergétique des bâtiments et du Décret Tertiaire. Ce dernier, paru en octobre 2019, fixe des objectifs ambitieux de réduction de la consommation énergétique des bâtiments tertiaires avec des échéances rapides. Grâce au principe de massification et d’industrialisation requis par la démarche EnergieSprong, la rénovation énergétique du patrimoine tertiaire pourrait aller plus vite que prévu et ainsi respecter les échéances fixées par le Décret Tertiaire. C’est d’ailleurs une ambition portée par EnergieSprong France qui souhaite développer la démarche sur les bâtiments scolaires assujettis au Décret Tertiaire.